Le Compte Rendu De La Fiche D Arr T

L'explication de pascal

Les directions principales et le convoi de marchandises du commerce international ont changé beaucoup : la place prédominant était occupée par les ventes entre les pays eux-mêmes développés, et son remplissage de marchandise les voitures font, l'équipement, les objets innovateurs de haute technologie et d'autres produits finis. Selon le contenu cela principalement non interbranches, et le commerce intra-industriel fondé sur la spécialisation intra-industrielle des pays séparés.

Il faut commencer par ce qu'autrefois les échanges économiques internationaux se développaient principalement dans le cadre des empires formés pour ce moment-là coloniaux (britannique, français, germanique, hollandais, en réalité et américain) et seulement puis entre les métropoles elles-mêmes.

Quant aux investissements directs étrangers, leur croissance surpasse les rythmes de la croissance du commerce international, dans lequel par les rythmes dépassant augmente le commerce des services, les technologies, les objets de la propriété intellectuelle.

Au niveau microéconomique il y a une orientation totale stratégique des compagnies, universel selon sa nature – que ce soit l'orientation vers les débouchés dans le monde entier ou sur les mêmes sources de l'approvisionnement, et aussi sur le placement de la production dans de différents pays. Cette liste des pivots principaux de la mondialisation reflète prédominant (bien que non seul) la succession dans le développement du procès donné : la distribution – l'approvisionnement – la production.

Sur la base de ces discussions se font les conclusions pratiques. Uns auteurs, se produisent plus ou moins catégoriquement pour le soutien les gouvernements de cette tendance, les autres, au contraire, pour sa modération, pour “la balance raisonnable” entre les mesures de la libéralisation et le protectionnisme. La ligne de partage des eaux dans ces discussions et les positions passe pas absolument entre de différents pays, mais aussi entre les représentants des divers cercles du même pays.

La modernisation des pays "non occidentaux" pour les derniers trois siècles est marquée à un fort degré non par l'adaptation de l'économie de marché et l'infrastructure sociale vers les orientations spécifiques et les formes de la conduite acceptées dans d'autres cultures, et les ruptures grandissant dans les systèmes résistés et vitaux des valeurs, les sens et les structures.

La mondialisation part par les racines profondément à l'épaisseur de l'histoire, et c'est quand même le phénomène du XX siècle. Du point de vue donné notre siècle on peut définir et comme le siècle de la mondialisation. C'est pourquoi les leçons du XX siècle sont particulièrement signifiantes et importantes pour la compréhension de ses perspectives.

La mondialisation encore se déploie seulement, elle ne nous a pas encore apporté les conséquences définitivement et les contient seulement "dans le germe". C'est pourquoi plusieurs de celle-là, sur quoi je dirai, existe ne comme la dominante, mais seulement comme la tendance.

Parmi trois directions indiquées augmente le plus vite le volume des opérations internationales financières, puis le mouvement international du capital (les investissements directs) et, enfin, le commerce international suit. D'autre part dans le cadre de la direction financière grandissent particulièrement précipitamment les opérations de change et le volume des marchés internationaux avec les titres (y compris les outils dérivés financiers), le procès reflétant tout grand des marchés modernes financiers (et intérieur et international).

L'essentiel à la mondialisation - le changement de l'objet du travail. La personne gagnait la vie toujours, en changeant la nature. Grâce aux télématiques la transformation des objets "morts", de qui s'occupait l'humanité dès le moment de l'apparition, mais la transformation de la conscience vivante humaine - individuel, ainsi que collectif est devenue le business le plus profitable, le plus commercialement effectif non.

Les procès modernes de la mondialisation se déploient avant tout entre les pays industriellement développés et seulement au deuxième tour prennent les pays actuels en voie de développement (dans le passé dans la plupart les possessions coloniales).